Je ne voulais pas trop lui dire ou j’étais. Surtout qu’il m’appelait pour m’annoncer la mort d’un vieil oncle que je ne connaissais pas. Moi, il ne me restait qu’un jour pour me rassasier de la mer ; des minis-vacances improvisées. J’étais à bout ! En partant, je disais que si je ne quittais pas j’allais assassiner quelqu’un. D’ailleurs je ne sais pas comment les États Unis d’Amérqiue m’ont laissé passer aux frontières avec mes idées explosives! Il faut dire que Trump n’est pas encore élu!
Je savais que c’était un oncle dur qui avait passé sa vie en France. En se réinstallant en Kabylie, il était allé se chercher une femme dans le pays des arabes (Et oui; on dit le pays des arabes) (Thamourth Ga3raven). Comme les arabophones disent le pays des Kabyles (Bled Kbayel). C’est pour vous dire que c’est chacun son étranger même dans un même pays!
Moi j’étais très loin, au bord de la plage de San Diego pour être spécifique, mais de nos jours la connexion internet brouille toutes les frontières. Surtout le décès d’un oncle qu’on ne connaît pas et qu’on vous annonce dans un bikini à intimider Viber et Face Time réunis !!!
Cet oncle voulait une femme qui n’est pas de la région pour pas qu’elle se mette à tisser des liens avec les femmes du village. Sa solitude et son dédain des gens il y tenait mordicus. Il a ainsi isolé sa nouvelle femme dans sa langue et dans sa région. Moi quand on me parlait de lui, je ne posais des questions que sur sa femme « arabe » que je ne connaissais pas non plus.
Je n’y peux rien ; déformation d’un féminisme à fleur de peau qui me titille sur le sort de chaque femme qu’on me décrit comme le personnage secondaire …que dis-je … comme une figurante dans son propre couple.
« Et alors, qu’est ce qu’il vont faire de sa femme maintenant qu’il est mort?
Mon cousin qui ne comprenait pas pourquoi je concentrais mes questions sur la femme que je ne connais pas de l’oncle que je ne connais pas, me répond nonchalant:  » Je n’en sais rien moi, il vont probablement la renvoyer dans le pays des arabes. En plus, elle est vielle, elle doit avoir presque 60 ans! »
Bien sur cette femme ne va quand même pas hériter de la belle baraque de son mari. L’héritage chez nous c’est une affaire de testicules (bien que moi je préfère le mot « couilles » mais pat respect pour les plus âgés on restera dans le terme scientifique) . Donc t’as pas de testicules tu n’hérites pas ! La lignée se transmet par la terre et le nom des hommes bien sûr … Les femmes c’est fait pour enfanter pas pour hériter. C’est ça le patriarcat … bien désolé pour ceux qui veulent encore l’embellir par quelques concepts de « nif  » (l’honneur) devenu la meilleure arnaque du monde traditionnel et qui brille par son injustice envers les femmes dans notre monde moderne ! Heureusement que la religion musulmane vient tout ‘confirmer’ ….ouf, même les hommes Athées de chez nous invoquent la religion quand il s’agit d’héritage !
Inaadinaaa !!! Je bouillonnais de tous les bords, il fallait que je saute dans cette mer qui m’aguichait. J’ai d’abord promené mon regard sur cette plage ou il n y a aucun gramme de « chham » (de graisse). Normal, c’est une plage de surfers …les jeunes chantonnaient des vielles tunes en grattant leur guitare. Des filles au corps de sirènes se prélassaient comme des lézards sur le sable brulant. …
Moi j’ai pris mon courage à deux mains pour sauter dans la mer comme on saute dans un destin qu’on a choisi. Eh oui choisir son destin prend du courage surtout quand il fait dix mètres de haut
Oui, oui les vagues devaient faire au moins 10 mètres. J’exagère !
C’est là où j’ai rencontré Cathy. Sa tenue de surfeuse lui donnait le corps d’une adolescente de 14 ans mais au visage elle devait avoir la cinquantaine à tout casser.
Dans l’écume des vagues déchues ; entre deux vagues, entre deux vies, on s’est fait un brin de « jazette » comme on dit au Québec. Je lui disais combien j’aimais la mer et la chaleur qui manque au Canada. Je ne lui raconte rien de l’autre bled que j’ai quitté, ça nous prendrai trop de temps …puis les vagues auraient eu tout le temps pour nous fracasser ! Elle m’a raconté ses voyages, son métier d’enseignante qu’elle aimait, sa vie qui fut belle, avec ses yeux bleus brillants et cette lueur du bonheur que gardent les gens qui ont bien vécu.
Moi j’imaginais les yeux éteints de la femme de l’oncle que je n’ai pas connu … mais bien sûr je ne pouvais rien révéler de cette comparaison à Cathy. Ce serait comme parler japonais avec un martien je présume!
Entre deux grandes vagues ; une qui m’a fait un lavage d’intestins et l’autre qui a mélangé le haut de mon bikini avec le bas … Cathy qui gardait le plaisir d’un enfant à guetter les vagues m’a révélé qu’elle avait piquée la planche à surfer à son petit fils. Oui, oui elle est grand-mère au moins une dizaine de fois la Cathy. Elle m’a dit qu’elle fait du surf pour rester jeune surtout qu’elle allait célébrer ses 75 ans cet été !!!
Akassam (Misère) … Quand je pense à la femme de cet oncle que je ne connais pas qui est déjà trop vielle à 60 ans et qui va retourner dans le pays  » des arabes » pour que d’autres décident du restant de sa vie. … La grand mère qui surf sur la planche de ses arrières petits enfants ne peux même pas s’imaginer qu’un tel monde existe encore.
La femme de l’oncle que je ne connais pas, ne peut même pas s’imaginer un monde ou des grands mères surfent sur les planches de leurs petits fils.
Il n’y a que la pauvre malheureuse que je suis à essayer de faire le pont entre des mondes que rien ne rapproche malgré cet Internet qui brouille toutes les cartes du monde. D’ou peut-être ma révolte incomprise des uns et des autres et que j’essaye de contenir dépendamment de quel bord je me tiens. Entre la « civilisée » et la « sauvage » que je suis !
Allez, Nadia il te reste une journée pour profiter de la mer, laisse les grands mères surfer, et les veuves retourner en pays arabe et profite du soleil que tu aimes tant. Toi aussi ce n’est pas tous les jours que tu prends quatre jours de vacances. Et puis le monde de ces deux grand mères va sûrement finir un jour par se rejoindre car ce n’est plus possible qu’on continue en 2016 à retourner en pays arabe » les mains vide et la vie en suspense!
Espérant que Trump ne gagnera pas et que je reviendrais souvent au pays des grands mères qui surfent malgré l’écume des jours!
Ah cet oncle que je ne connais pas doit déjà être entrain de séquestrer ses 72 vierges au paradis.
Arrête Nadia ! Arrête, Arrête, … Profite de tes vacances asti !
0 0 vote
Article Rating